Test - Filtre à eau pour la randonnée : SAWYER Mini

Si vous avez lu mon article sur la purification de l'eau en randonnée, vous savez qu'il existe différents systèmes pour rendre de l'eau potable : les filtres, les traitements chimiques, les traitements UV, ou encore l'ébullition.

Grâce à notre expérience et à nos nombreux treks, nous avons pu tester toutes les méthodes. Nous sommes particulièrement friands d'un filtre très pratique que nous allons présenter dans cet article, c'est le filtre SAWYER mini.

Caractéristiques du filtre SAWYER Mini

  • Prix : 30 euros.
  • Taille : Très petit avec ses 12 centimètres de long.
  • Poids : 50 gr pour le filtre seul, 72 gr avec la poche. Un poids très léger pour les marcheurs en quête du "light".
  • Taille du filtre : 0,1 micron
  • Capacité de filtration : 380 000 litres
  • Accessoires inclus dans le package : poche à eau d'1L, 1 paille, et 1 piston de nettoyage

Filtration avec le SAWYER Mini

Avec son filtre de 0.1 micron, le Sawyer mini élimine 99,99% des bactéries et 99,99% des protozoaires ce qui est normalement suffisant dans 99% des cas en montagne en France si vous choisissez bien votre source d'eau. Utilisez toujours de l'eau courante quand vous en avez la possibilité. Si vous avez besoin d'éliminer les virus ou si l'eau est vraiment suspecte, il faudra faire bouillir l'eau ou utiliser en complément un traitement chimique du style pastilles micropure.

Vous avez la possibilité de l'utiliser de différentes façon :

  • En remplissant la poche fournie, en fixant le filtre dessus, puis en buvant comme une gourde
  • En remplissant la poche fournie, en fixant le filtre dessus, puis en transvasant l'eau dans une bouteille d'eau ou votre poche à eau par gravitation
  • En fixant le filtre directement sur votre poche à eau de randonnée
  • En fixant  le filtre sur une bouteille d'eau. En effet, le filtre s'adapte sur certaines bouteilles
  • En buvant directement dans une rivière, source d'eau, avec la paille fournie.

Faites attention à utiliser ce filtre avec de l'eau claire. Il peut alors s'utiliser plusieurs jours de suite en trek sans problèmes. Pensez à le nettoyer avec le piston fourni lors de votre retour de randonnée.

Les très basses températures peuvent endommager le filtre. S'il y a un risque de gel, pensez à le mettre dans une poche hermétique au fond de votre sac de couchage la nuit.

Comment nous l'utilisons ?

Test - Filtre à eau pour la randonnée : SAWYER Mini

Pour notre part, nous utilisons la poche fournie pour récupérer de l'eau dans les ruisseaux ou aux fontaines, puis nous filtrons cette eau par gravitation dans nos bouteilles d'eau ou poches à eau pour la marche (environ 2L par personne).

Il faut quelques minutes pour remplir une bouteille d'1,5L, un débit largement suffisant pour un groupe de 2-3 personnes.

Nous avons réalisé plusieurs treks avec ce filtre (Grande traversée du Jura, Grande traversée des Alpes, Traversée des Vosges, Tour de l'Oisans), et après de nombreuses utilisations c'est cette méthode que nous préférons.

Au bivouac, nous filtrons l'eau directement dans la popote pour la cuisine.

Avantages et inconvénients

[one][one_second]

Avantages

  • Compact et léger
  • Durable
  • Ne donne pas de goût à l'eau
  • Pratique : s'utilise de plusieurs façons

[/one_second]
[one_second]

Inconvénients

  • Une poche à eau fournie qui peut se révéler peu pratique pour récupérer de l'eau dans un ruisseau et qui est un peu petite (500 ml)
  • N'élimine pas les polluants chimiques et les virus

[/one_second][/one]

Peu cher, pratique, léger, et avec une grande durée de vie, ce filtre est parfait pour vous accompagner lors de vos treks. Adaptable aux bouteilles d'eau type soda, aux poches à eau, ou utilisable avec la poche fournie, il conviendra à tous les types d'utilisation.

Nous vous le recommandons chaudement. Vous pouvez vous le procurer ici ou en cliquant sur l'image ci-dessous.

Test - Filtre à eau pour la randonnée : SAWYER Mini
Test - Filtre à eau pour la randonnée : SAWYER Mini

6 raisons d'utiliser des bâtons de randonnée

Les bâtons de randonnées font partis des accessoires très précieux en randonnée. Ils peuvent être utiles pour beaucoup de personnes et dans beaucoup de situations. Personnellement, je les emmène obligatoirement pour des randonnées de plusieurs jours pour beaucoup de raisons.

Voyons dans cet article les raisons d'utiliser des bâtons de randonnée, comment les régler, puis je vous aiguillerai sur des choix d'achats.

Comment régler ses bâtons de randonnée ?

Pour bien régler vos bâtons de marche, c'est très simple. Il y a généralement trois systèmes :

  • A vis. Dans ce premier cas, il suffira de dévisser la bague, régler la hauteur du bâton, puis revisser. Le principal inconvénient de ce système est que les bâtons ont tendance à se dérégler pendant la marche avec l'usure.
  • A clip. Il suffira d'enlever le clip, régler la hauteur, puis reclipper. Ce système est très pratique et rapide.
  • Pliable en Z. Il existe un troisième système ou les différentes parties du bâton se plient, mais ces bâtons ne sont souvent pas réglables. Leur atout est qu'ils sont légers et qu'on peut facilement les ranger.

A quelle hauteur les régler ?

Quand vous marchez et que vous posez la pointe du bâton au sol, votre coude doit former un angle droit, que vous soyez en descente, en montée, ou sur le plat. Ce qui implique que si vous avez réglé votre bâton à une certaine hauteur pour le plat et que vous entamez une longue descente, il faudra les régler de nouveau pour qu'ils soient à la bonne taille pour marcher en descente.

Comment les utiliser ?

Sur le plat ou en montée : La pointe de votre bâton droit doit toucher le sol en même temps que votre jambe gauche qui avance et inversement. C'est un fonctionnement en croix : jambe gauche bras droite, et jambe droite, bras gauche). N'hésitez pas à transférer légèrement le poids de votre corps sur les bâtons et vous tracter avec, surtout dans les montées.

En descente : les bâtons serviront plutôt pour diminuer les impacts au sol qui sont très importants en descente et pour garder un bon équilibre. Vous pouvez les utiliser comme sur le plat, en croix, ou alors suivant les situations utiliser les deux en même temps (pour des passages d'obstacles ou dans des pentes très raides pour se freiner).

6 raisons d'utiliser des bâtons de randonnée

6 raisons d'utiliser des bâtons de randonnée

1. Réduction des impacts sur les membres inférieurs

A chaque pas, votre jambe et particulièrement vos articulations (genoux et chevilles), doivent absorber les impacts au sol engendrés par le poids de votre corps. Ces impacts peuvent être très importants suivant la manière de marcher, le poids de votre sac, où encore le type de randonnée. Même si vos articulations sont très solides et sont conçues pour ça, à la longue, ces impacts répétés peuvent être traumatisants pour celles-ci et provoquer douleurs, inflammations, et blessures.

La première raison d'utiliser des bâtons de randonnée, et particulièrement si vous êtes déjà sujets aux douleurs, et que la force de ses impacts sera répartie entre vos jambes et vos bras. En effet, s'appuyer sur les bâtons permet de répartir la charge sur les bras qui sont habituellement peu utilisés en randonnée, et donc réduire la charge sur les jambes. Le risque de blessures sera largement diminué et vous évitez les douleurs !

2. Amélioration de l'équilibre

Porter un sac de randonnée modifie le centre de gravité qui se déplace légèrement vers l'arrière, particulièrement lorsque votre sac est mal réglé et qu'il n'épouse pas correctement votre dos. C'est d'autant plus vrai quand votre sac est lourd, lors d'un trek par exemple. La conséquence est que lors de vos mouvements, le poids de votre sac peut vous faire perdre l'équilibre et vous faire chuter.

Utiliser des bâtons de randonnée vous permet de passer de 2 appuis au sol à 4 appuis, et donc de répartir le poids entre ces 4 appuis. Vous serez donc beaucoup plus stable.

3. Diminution de la fatigue

Répartir la charge sur les bras permet d'éviter une fatigue musculaire excessive sur les jambes, qui est souvent un facteur limitant en randonnée. Si vous manquez de condition physique, ce peut être une solution pour marcher sans trop souffrir et avec plus de plaisir.

4. Amélioration de la vitesse de marche

Tracter avec les bras et utiliser leur force est une aide précieuse qui permet de marcher plus vite et plus longtemps. Par conséquent, vous pourrez améliorer considérablement votre vitesse moyenne de marche.

5. Amélioration de la posture

Quand nous marchons, et particulièrement avec un sac lourd, nous avons toujours tendance à nous pencher en avant pour contrer le poids du sac à dos. Cette position où l'on se referme sur soi avec les épaules en avant n'est pas bonne : en plus d'entraver le fonctionnement normal de la respiration, elle peut provoquer à terme des douleurs aux épaules, au dos, ou encore aux cervicales.

Marcher avec des bâtons permet de se redresser, sortir la poitrine, redresser les épaules en arrière, pour bien respirer et donc avoir une position de marche qui garantira votre intégrité physique et améliorera vos performances et votre plaisir de marcher.

6. Peut être utilisé pour un abri

Vous ne le savez peut être pas mais certaines tentes ou tarps sont conçus pour être utilisés sans arceaux. En lieu et place de ceux-ci, il suffit de positionner vos bâtons et de les régler à la bonne hauteur pour soutenir la tente. L'avantage est que vous gagnez considérablement en poids en supprimant l'arceau !

Quels bâtons de randonnée acheter ?

Black Diamond trail black

Poids : 608 g pour la paire

Système à serrage par clip

Extension de poignée en mousse EVA antidérapante

Longueur utile :  63.5-140 cm 

Prix : 49 € (la paire)

Avis personnel : ces bâtons sont de très bonne facture et vous pouvez les acheter les yeux fermés. L'extension de poignée en mousse est un gros plus dans les montées.

Quechua Forclaz 500 light

Poids : 460 g pour la paire

Système de serrage à vis

On peut regretter l'absence d'extension de poignée, bien pratique en montée

Longueur utile :  58-129 cm (ils peuvent être un peu petits pour les personnes qui mesurent plus d'1m90)

Prix : 30 € (la paire)

Avis personnel : ce sont les bâtons que j'utilise. J'en ai déjà cassé un en tombant mais ils sont solides, légers, fiables. Très bon rapport qualité/prix.

Le contenu de votre trousse de secours en randonnée

Pour partir randonner en sécurité, il faut emporter avec soi le matériel nécessaire pour pallier à d'éventuels accidents ou problèmes de santé. Votre trousse de secours servira à :
  • traiter des problèmes de santé légers pour continuer la randonnée (indigestion, maux de tête...), ou traiter des problèmes plus graves en attendant de redescendre vers un centre médicalisé (intoxication, déshydratation...)
  • traiter des petites plaies et blessures
  • prendre soin de son corps de façon préventive (bandes de kinésiologie, pansements pour ampoules...)

Se former aux premiers secours

Acheter ou constituer une trousse de secours est une bonne première étape, mais le plus important pour se soigner ou prendre en charge quelqu'un lors d'un accident est de se former aux premiers secours. En effet, pour utiliser la trousse avec efficacité, il faut notamment savoir comment soigner une plaie, stopper une hémorragie...

Pour finir, votre trousse de secours ne sera pas d'un grand secours pour certains incidents comme les malaises, étouffements, perte de connaissance, et autres. C'est pour cela qu'il faut privilégier avant tout la formation aux premiers secours.

La trousse de secours : un élément indispensable ?

La trousse de secours est indispensable à toute sortie en montagne. Cependant, suivant le nombre de jours prévus, la météo, la difficulté, et d'autres paramètres, elle pourra être plus ou moins importante.

Je donne plus bas dans cet article une liste d'éléments pour constituer sa trousse pour une randonnée de plusieurs jours. Il y a nombre d'éléments dont vous n'aurez pas forcément besoin pour une randonnée à la journée (laxatif, gaviscon, etc...).

Acheter une trousse de secours déjà prête

Pour votre trousse de secours, vous avez le choix entre :

  • acheter une trousse toute prête dans le commerce
  • la constituer vous même en achetant les items séparément

Un des points importants pour votre trousse : il faut qu'elle soit adaptée et personnalisé selon vos besoins. Pour cela, il faut vous poser les bonnes questions et adapter le contenu de la trousse en fonction :

  • Quel est le niveau dans le groupe ? Quel est le risque de blessures ?
  • Quel est le nombre de personnes du groupe ? En fonction il faudra prendre une trousse de secours plus conséquente
  • Quelle est la difficulté et le type de la randonnée ? Le terrain est-il facile ou plutôt piégeur ?
  • Quelle est la durée de la randonnée ? Il y a plus de chances d'avoir besoin de bandes de kiné, de gaviscon, ou encore de laxatifs pour des longues randonnées que des randonnées à la journée
  • Quels sont les problèmes de santé dans le groupe ? Pensez aux médicaments à emporter en fonction (aspirine pour les personnes âgées notamment, population à risque pour les attaques).

C'est pour cette raison que je ne considère pas suffisant d'acheter une trousse toute prête. Néanmoins, une solution intéressante peut être d'acheter une trousse de ce type pour avoir une base, enlever les éléments en trop grandes quantités et acheter les éléments qui vous manquent.

Créer sa trousse de secours pour la randonnée : quel contenu ?

Médicaments et divers

Pour tous ces médicaments, il convient de respecter la posologie !

  • Ibuprofène (Advil) : Anti-inflammatoire. A prendre en cas de grosses douleurs articulaires, musculaires, ou de fièvre et maux de tête.
  • Aspirine : Peut-être utile en cas d'attaque cardiaque.
  • Immodium : Anti diarrhéique. Très utile en cas de problème de transit, préviens la déshydratation.
  • Gaviscon (ou Ranitidine) : Réduit l'acidité de l'estomac. Aide à la digestion.
  • Diphenhydramine (Benadryl) : Anti-histaminique contre les réactions allergiques.
  • Zyrtec : Traitement contre les allergies.
  • Laxatif (optionnel)
  • Sucre (sachet) : en cas d'hypoglycémie.

Blessures et plaies

  • Pansements : Divers pansements de différentes tailles et formes (4 formats différents pour l'article en lien).
  • Pansements sutures (steri-strip) : Ce sont des bandes pour imiter rapidement des sutures de plaies légères sans fil ni aiguilles. Améliore la cicatrisation.
  • Compresses stériles : Quelques compresses pour arrêter les saignements importants rapidement.
  • Pansements crevasses : Pansement liquide pour refermer rapidement les crevasses sur les mains ou les pieds.
  • Bandages : 2 ou 3 bandages pour recouvrir une plaie.
  • Antiseptique : Emporter quelques doses en cas de plaies. Emballage léger grâce à des unidoses de 5 ml.
  • Gants : Peut être utile si vous partez en groupe. Empêche la transmission de fluides et la contamination.
  • Bandes de kiné (tape) : Peut être très utile en cas de douleurs articulaires ou musculaires.

Accessoires

  • Ciseaux : utiliser une seule paire de ciseaux pour la trousse de secours et le kit de réparation !
  • Pince à tiques : Pour enlever les tiques en toute sécurité.
  • Pince à épiler (fine): Pour enlever les échardes, épines...
  • Gel antibactérien : Mini flacon de 20 ml pour se désinfecter les mains.

Version PDF imprimable

Contenu trousse de secours
Télécharger le PDF (570 KB)

Créer un kit de réparation léger pour la randonnée

Lorsque vous partez en randonnée sur plusieurs jours, il devient nécessaire d'emporter avec soi un kit de réparation. Vous pouvez en acheter un tout prêt ou créer le votre pour qu'il corresponde à vos besoins. Il vous servira à pallier d'éventuels problèmes de matériel qui peuvent devenir très gênants lors d'un trek ou qui pourrait même vous obliger à abandonner  : une tente qui se déchire, un matelas qui se perce...

Nous allons voir dans cet article comment créer votre propre kit de réparation et je vous donnerai ensuite un exemple avec la liste des éléments qui constituent le mien.

Comment constituer son kit de réparation pour randonner ?

Pour constituer votre kit de réparation, il faut que vous vous posiez la question : de quoi pourrais-je avoir besoin si j'ai du matériel qui casse ou qui se déchire ?

Pour optimiser votre kit, il doit être personnel et adapté en fonction de vos propres besoins.

Quelques exemples de problèmes que vous pouvez rencontrer et auxquels votre kit doit pouvoir remédier :

  • Le lacet de votre chaussure casse et devient inutilisable (abandon probable sans kit)
  • Un des œillets de votre tente se détache ou votre tente se déchire (abandon probable sans kit)
  • Une des cordes pour tendre la tente casse
  • Vous déchirez votre pantalon ou votre veste de pluie
  • Vous percez votre matelas gonflable
  • Une sangle de votre sac à dos casse
  • L'arceau de la tente casse (abandon probable sans kit)

Budget pour créer un kit de réparation

Si vous partez de zéro et que vous créez votre kit en achetant tous les items neufs de la liste ci-dessous, vous en aurez pour moins de 50 euros. Il y a de fortes chances que vous ayez déjà plusieurs accessoires ou composants (glue, ciseaux..), ce qui diminuera le coût total.

Mon kit de réparation pour une randonnée sur plusieurs jours

Colle, scotch, patchs

Créer un kit de réparation léger pour la randonnée
  • Duct tape : Scotch multi-usages, facile à déchirer, facile à utiliser, très puissant, et étanche. C'est le scotch à tout faire et il est utile dans la plupart des situations. Si vous devez n'en choisir qu'un, c'est celui là. Je l'ai déjà utilisé pour faire une réparation de fortune sur un arceau de tente (même si ce n'est pas son utilité première et qu'il existe des kits conçus pour) ou pour réparer mon duvet déchiré.
  • Tenacious Tape : Ruban d'étanchéité et de réparation étanche, pour des réparations durables. Parfait pour les matelas gonflables, les vestes, les sacs à dos, tentes.
  • Super glue : Colle pour des réparations rapides sur les items rigides. Sèche vite.
  • Aquaseal : Colle souple quand elle est sèche. Parfait pour réparer des matériaux étanches, combler des petits trous. Adhère aux matériaux spéciaux type : chaussures, vestes imperméables, vêtements.

Accessoires

  • Ciseaux : Pour couper les rubans adhésifs, cordes, ou n'importe quel matériau. Ils doivent être solides, petits, légers. Le Victorinox donné en lien rempli tous ces critères.
  • Couteau : Le couteau seul est optionnel si vous prenez un bon couteau suisse comme suggéré ci-dessus.
  • Kit de couture - Aiguilles, fils + bandes de tissu : Utilités infinies, personnellement je l'ai déjà utilisé pour réparer un œillet de tente, c'est indispensable !
  • Corde légère 3mm : Cette corde légère peut avoir plusieurs utilités : remplacer un fil tendeur de tente, changer un cordon sur une veste ou un sac à dos, mettre en hauteur les sacs de détritus, faire un étendage à linge, remplacer un lacet de chaussure...
  • Fil métallique : Peut être utile pour réaliser un crochet ou pour d'autres utilisations...
  • Elastiques
  • Autres : Briquet, piles...

Vous pouvez mettre tous ces éléments dans une petite sacoche ou un sachet de congélation et votre trousse de réparation est prête à l'emploi !

Version PDF à télécharger et imprimer

Kit de réparation randonnée

Télécharger le PDF (570 KB)

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?

Il existe de nombreux réchauds dans le commerce. Il est parfois difficile de faire son choix. Suivant les situations et les conditions, certains réchauds seront plus adaptés.

Dans cet article, nous allons présenter les différents types de réchauds ainsi que leurs avantages et leurs inconvénients pour vous aider à choisir votre réchaud de randonnée.

Réchaud à gaz, pour l'efficacité

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?

Le réchaud à gaz est simple d'utilisation et fiable. Il suffit d'un coup de briquet à l'arrivée de gaz et c'est parti !

Son rendement est élevé, et le réglage de la flamme est précis. C'est aujourd'hui le type de réchaud le plus utilisé par les randonneurs.

Il existe plusieurs types de cartouches de gaz. Les cartouches perçables (peu utilisées), les cartouches à valve filetée, et les cartouches à valve non filetée. Chaque réchaud est compatible avec un seul type de cartouche, sauf les réchauds Duo, compatibles avec les deux types de cartouches à valve.

Le format international des cartouches est la vis filetée type Coleman/Prius.

AvantagesInconvénients
  • Simple d'utilisation
  • Performance et rapidité de chauffe
  • Réglage de l'intensité de la flamme précis
  • Possibilité de connecter et déconnecter les cartouches du réchaud dans le cas des cartouches à valve filetée (ce sont les plus utilisées)
  • Pratique et facile à ranger

  • Il est formellement interdit de les transporter en avion et les cartouches ne sont pas toujours disponibles partout, problème qui peut s'avérer problématique surtout dans les pays étrangers
  • Réchaud peu adapté aux conditions hivernales : le butane supporte mal le froid (il faut réchauffer la cartouche pour qu'elle refonctionne, cependant les réchauds nouvelles générations ont de moins en moins de butane). Dans ces conditions, préférer le mélange propane-isopropane ou utiliser un réchaud à cartouches inversées.
  • Les cartouches prennent de la place, particulièrement si vous devez en prendre plusieurs pour un trek de plusieurs jours
  • Peu écologique (cartouches jetables)

Les différents types de réchauds à gaz

On peut classer ce type de réchaud dans 5 catégories :

  • Les réchauds "classiques". Ce sont seulement des brûleurs simples auxquels on raccorde une cartouche de gaz adaptée au modèle. Ils sont légers et compacts.
  • Les réchauds "Duo". On les appelle "Duo" car il est possible de connecter des cartouches à valve filetée et des cartouches à valve non filetée sur ce type de réchaud. Ils sont donc compatibles avec toutes les cartouches à valve, quel que soit le modèle : Primus, Msr, Camping Gaz entre autres.
  • Les réchauds à cartouche inversée. Du fait que la cartouche soit inversée, le mélange des gaz est favorisé. Ce mélange permet d'utiliser le réchaud par basses températures.
  • Les réchauds à cartouche déportée. La cartouche est reliée au brûleur par un tuyau d'alimentation. Ce système permet plus de sécurité et de stabilité, et permet d'utiliser des plus grandes casseroles.
  • Les réchauds améliorés. Ce sont les réchauds type JetBoil. Ils sont composés d'un brûleur, d'un diffuseur de chaleur (qui fait aussi office de protection), et d'une popote avec couvercle. Ils sont très efficaces, plus rapides pour arriver à ébullition que les réchauds classiques, et utilisent donc moins de gaz. Ils sont aussi très pratique grâce à la popote et au couvercle en plus.

Exemples de réchauds à gaz

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?
Réchaud à gaz classique - Coleman F1 power - Pratique, simple, efficace
Quel réchaud choisir pour la randonnée ?
Réchaud à gaz à cartouche déportée - Terra Hiker - Peu cher pour un modèle déporté et efficace
Quel réchaud choisir pour la randonnée ?
Réchaud optimisé - JetBoil - Un réchaud avec pour maître mot la performance

Réchauds à bois, pour les régions boisées

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?

Le bois est une ressource abondante, gratuite, et naturelle.

Il faut être prudent avec ce type de réchaud à cause du risque d'incendies.

Certains réchauds à bois sont compatibles avec des brûleurs à alcool. C'est une solution efficace pour utiliser du bois comme source principale de combustible et avoir le brûleur en solution secondaire en cas de manque de bois.

AvantagesInconvénients
  • Léger : sans conteste son principal avantage ; pas de combustible stocké en avance, on ne se charge pas en poids inutilement
  • Ecologique : pas de matières jetables
  • Autonomie importante sans avoir besoin d'autre combustible suivant le pays où vous vous trouvez
  • Inutilisable dans certains endroits où il n’y a pas de bois
  • Il faut obligatoirement collecter du bois avant de mettre en marche le réchaud
  • Son allumage nécessite un peu de méthode, surtout avec du bois mouillé
  • Système dépendant des conditions météo
  • Salit facilement la popote

Exemples de réchauds à bois

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?
Le Bushbox de Bushcraft, bien connu des amateurs de survie. Très efficace et compatible avec un brûleur à alcool
Quel réchaud choisir pour la randonnée ?
La version titanium du Bushbox classique. Plus cher mais la légèreté avant tout : 160gr contre 270gr pour la version classique !

Réchauds à alcool, parfait en solution secondaire

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?

Ce type de réchaud est simple d'utilisation. L'alcool existe sous trois formes : liquide, solide, ou en gel.

Ce n'est pas le système de réchaud le plus performant mais il a le mérite d'être facile à utiliser et ne nécessite pas d'entretien.

AvantagesInconvénients
  • L’alcool se trouve facilement partout
  • Très légers et peu chers
  • Plus économiques à l’achat et à l’usage que les réchauds à essence ou à gaz
  • Très bonne solution en complément d'un réchaud à bois
  • Nécessitent un préchauffage lors de températures négatives
  • Temps d’ébullition plus long que les réchauds à gaz
  • Le réglage de l'intensité de la flamme est peu précis

Exemples de réchauds à alcool

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?
Un brûleur à alcool de la marque Tangria, très réputée. Poids : 110gr
Quel réchaud choisir pour la randonnée ?
L'équivalent du Tangria chez Esbit. Poids : 92gr

Réchaud multicombustible : essence, kérosène, pétrole, alcool, pour les expéditions

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?

Ce type de réchaud fonctionne d'une manière différente : le combustible liquide est mis sous pression, puis il est vaporisé et il peut être utilisé avec le brûleur pour produire de la chaleur.

Certains réchauds multicombustibles sont aussi utilisables avec des cartouches à gaz.

Ce type de réchaud est très utilisé dans les grandes expéditions. Il a un très bon rendement, peut s'utiliser par n'importe quelle température et on trouve du carburant partout.

Le carburant doit être stocké séparément du réchaud, dans une bouteille dédiée.

AvantagesInconvénients
  • On trouve de l’essence, du pétrole ou du gazole facilement et partout dans le monde
  • S’utilise par n’importe quelle température
  • Peu cher à l’utilisation : le combustible liquide est peu coûteux (cependant le réchaud est plus cher à l’achat)
  • Plus facile de calculer les quantités de carburant nécessaires à emporter
  • Son utilisation est plus complexe que les autres systèmes
  • Il faut le préchauffer avant de l’utiliser
  • Nécessite un entretien régulier

Exemples de réchauds multicombustibles

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?
Le MSR Whisperlite, une valeur sûre dans les réchauds à essence

Réchauds "maison", pour les MUL

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?

J'ai rajouté cette catégorie pour parler des réchauds "maison" qu'on peut fabriquer soi-même.

Le plus connu est le P3RS, très utilisé chez les randonneurs légers. C'est un réchaud à alcool fabriqué à partir d'une canette en aluminium. Il est très léger et peu onéreux mais le rendement n'est pas toujours optimal.

Conclusion - Quel réchaud choisir ?

Tableau récapitulatif des différents systèmes

Quel réchaud choisir pour la randonnée ?

Quel système choisir selon votre utilisation et votre situation

  • Vous êtes un randonneur "classique", vous faites des bivouacs occasionnels ou réguliers, vous cherchez une solution efficace et fiable : réchaud à gaz
  • Vous êtes dans une région assez basse en altitude, très boisée et vous aimez l'aventure : réchaud à bois + brûleur à alcool
  • Vous bivouaquez seulement l'été, dans des conditions parfaites, vous n'êtes pas pressées, vous cherchez une solution économique et la plus légère possible : réchaud à alcool ou réchaud maison type P3RS
  • Vous voulez partir en expédition au long cours ou dans des conditions hivernales particulièrement difficiles : pensez à un réchaud à essence

Mon choix personnel

Pour ma part, j'utilise depuis quelques années le fameux JetBoil. Il m'a notamment servi lors de ma Grande Traversée des Alpes, ainsi que lors de ma traversée de la Corse par le GR20.

C'est un réchaud à gaz tout en 1 optimisé. Conducteur de chaleur, pare-vent, popote et couvercle, tout y est. J'en suis pleinement satisfait grâce à sa polyvalence, ses performances et sa fiabilité. Je ne me pose pas de questions : je met de l'eau dans le Jetboil, un coup de briquet, et 2 min plus tard l'eau est en train de bouillir. Extrêmement efficace.

Comment alléger son sac à dos de randonnée ?

Au fur et à mesure de mon expérience de randonneur, j'ai pu constater que le poids du sac à dos était très important lors d'une randonnée, et encore plus lors d'un trek. Le poids du sac à dos peut tout changer : votre confort, votre sécurité ; c'est votre premier ennemi en randonnée. Pour ma part, j'ai du arrêter ma première tentative de Traversée des Alpes en 2015 à cause d'une inflammation a la cheville, due entre autre à un sac à dos beaucoup trop lourd, qui pesait plus de 17 kg.

Depuis, j'ai appris à optimiser mon sac du mieux possible, sans aller à l'extrême. Pour ma deuxième tentative de traversée en 2016, mon sac pesait moins de 14 kg avec la même autonomie ! Et je peux vous dire que cette différence de poids a fait toute la différence. Dans cet article, je vais essayer de vous donner quelques clés pour alléger votre sac à dos.

Pourquoi alléger votre sac à dos ?

Les raisons pour alléger son sac à dos sont nombreuses : le confort et la sécurité sont les principales raisons.

Je traite plus en détails cette question dans mon article Le poids de votre sac à dos : votre ennemi numéro 1 en randonnée.

Alléger son sac à dos : ça coûte cher ?

Pour débuter l'allègement de son sac à dos, il ne vous en coûtera pas un centime, car la première chose à faire est de réduire le nombre d'objets de votre sac en repensant leurs fonctions unes à unes, donc vous n'avez rien à acheter mais juste à éliminer.

Dans un second temps, où il faut bien choisir le matériel en fonction de son poids, je ne vous cache pas que bien souvent le matériel le plus léger est souvent plus technique et donc plus cher, mais ce n'est pas une règle immuable. En cherchant bien on peut trouver de belles surprises.

Les 2 solutions pour alléger son sac à dos

Il existe deux façons d'alléger son sac :

  • Repenser l'utilité de chaque objet que vous emmenez habituellement. Il faut avoir une vraie réflexion et se demander : "est-ce que chaque objet a une vraie utilité dans mon sac ?" Il faut éviter d'emporter le matériel que l'on juge "en trop", inutile. C'est la solution la plus efficace car c'est celle qui allège le plus rapidement votre sac. C'est aussi la plus difficile à accepter car on a du mal à se débarrasser du matériel, même le plus superflu.
  • Repenser le poids de chaque objet emmené. Il faut réfléchir à comment alléger chaque objet. Souvent, le choix se fait à l'achat. Mais il faut réfléchir en amont à différents facteurs :
    • quel type d'objet j'ai besoin. Exemple : vous avez obligatoirement besoin duvet pour votre bivouac. Votre bivouac est prévu en plein été, à basse altitude. Avez-vous réellement besoin d'un duvet -10° ou un duvet 5° ou 10° bien plus léger vous suffira amplement ?
    • quel budget j'ai : souvent, les vêtements de marques haut de gammes, plus techniques, sont souvent plus légers mais plus chers
    • quelle quantité j'ai besoin. Ai-je besoin d'un grand tube de dentifrice ou un petit suffira ?

Repenser l'utilité de chaque objet

Il y a plusieurs astuces pour éliminer des objets.

La première astuce : reprenez chaque équipement un par un, et prenez le temps de réfléchir à son utilité réelle pour votre futur randonnée. Soyez objectif et classez tout votre matériel en 3 tas :

Comment alléger son sac à dos de randonnée ?
On optimise le matériel pour la GTA
  • 1 tas avec les objets indispensables. Ce sont ceux d'une nécessité absolue à votre sécurité et votre confort primaire. Exemples : une paire de chaussette est indispensable dans mon cas pour ne pas avoir d'ampoules. De l'eau est indispensable pour s'hydrater.
  • 1 tas avec les objets utiles. Ce sont ceux qui améliorent votre confort et votre sécurité. Exemples : une deuxième paire de chaussettes est utile pour moi lors d'un bivouac, pour mon confort et mon hygiène.
  • 1 tas avec les objets superflus. Ce sont les objets que vous pouvez supprimer sans compromettre votre sécurité et votre confort minimal. Exemple : une troisième paire de chaussettes ne m'est pas utile car pendant que j'en ai une aux pieds, je lave l'autre et la fais sécher. Quand cette dernière est sèche, je la porte et je lave celle que j'avais aux pieds, et ainsi de suite. Je n'ai donc jamais besoin de troisième paire. Un autre exemple : une deuxième polaire peut être superflue en plein été lorsque la météo prévoit des températures caniculaires.

Tous les objets de ce dernier tas peuvent être supprimés. Si vous n'avez jamais fait cet exercice, vous pouvez être surpris du poids gagné !

La deuxième astuce est de regarder quand vous rentrez de randonnée, quel matériel dans votre sac vous n'avez pas utilisé. Si un objet revient plusieurs fois au bout de quelques randonnées, il y a de fortes chances qu'il soit de trop, repensez à son utilité réelle.

La dernière astuce est de vérifier qu'il n'y ait pas plusieurs objets qui ont la même utilisation. Quelques exemples :

  • Un savon d'Alep peut servir de savon, de shampoing, pour laver le linge, comme désinfectant, et même comme dentifrice. Donc si vous prenez un savon d'Alep, vous pouvez supprimer de votre sac lessive, shampoing, voir même dentifrice si vous en avez envie !
  • Le sac pour ranger votre duvet peut aussi servir d'oreiller en le remplissant avec des vêtements. Vous pouvez donc supprimer votre oreiller si vous en aviez prévu un.
  • Si vous avez un tarp, vous pouvez généralement utiliser vos bâtons de randonnée pour le faire tenir au lieu d'utiliser les mâts prévus à cet effet.
  • Le couvercle de votre popote peut généralement servir d'assiette ou de bol. Il existe aussi des couverts qui servent à la fois de fourchette et de cuillère/couteau (de chaque côté du manche).
  • Si vous marchez à plusieurs, répartissez vous le matériel commun ! N'emmenez pas 2 réchauds, 2 popottes,  etc...

Repenser le poids de chaque objet

A partir d'aujourd'hui, je vous conseille à chaque achat de faire attention au poids de chaque produit et de faire des comparatifs. Il y a de fortes chances qu'il existe des produits plus légers et qui ne sont pas plus chers. S'il y a une différence de prix, il faut se poser la question : est-ce qu'elle en vaut vraiment la peine ? ; est-il judicieux de gagner 10 grammes pour une différence de prix de 50 euros ? Chacun aura son avis sur la question.

Gros gains

Si vous n'avez jamais pensé à optimiser votre matériel, vous pouvez gagner entre 1 et 3 kg pour l'ensemble des 5 éléments de cette catégorie.

Comment alléger son sac à dos de randonnée ?
Test validé, le sac est léger !
  • Le sac. La meilleure manière d'avoir un sac léger est de bien choisir le volume de votre sac en fonction de votre randonnée. Je vous renvoie à mon article. Bien choisir le volume de votre sac à dos. Ensuite, il faudra comparer les sacs pour un même volume entre différentes marques. Les sacs les moins accessoirisés et les sacs sans armatures sont souvent les plus légers mais peuvent être moins confortables. Sur certains sacs, et suivant la randonnée, vous pouvez choisir d'enlever le rabat supérieur pour gagner du poids (il faut dans ce cas avoir une housse de sac anti-pluie pour protéger le sac : c'est ce que j'ai fais lors de ma GTA). Pour aller à l'extrême, il est possible de découper les sangles et élastiques en trop de votre sac.
  • La tente. Il s'agit de choisir une tente adaptée au nombre de locataires. Prendre une tente 3 personnes pour y loger 2 personnes, c'est beaucoup de poids en plus ! Les tentes dites légères descendent sous le kilo pour 2 personnes, alors que certaines tentes font le double pour le même nombre de personnes. Pour alléger au maximum, il est possible de passer à la tente mono-paroi ou mieux, au tarp.
  • Le sac de couchage. Il y a plusieurs points à voir. Il faut en premier lieu choisir le sac de couchage à votre taille pour diminuer la quantité de matière. Ensuite, il faut bien choisir le niveau de température du sac de couchage. Plus le sac de couchage est dédié aux températures froides, plus il y a de matières, plus le sac est lourd. Le troisième poids est le choix de la matière, où il faut choisir entre la plume/duvet et le synthétique. Le duvet est plus léger que le synthétique pour le même niveau de performances.
  • Le Tapis de sol. Vous avez le choix entre des tapis gonflables et des tapis en mousses conçus pour la randonnée. Ces derniers sont très souvent plus légers. Vous pouvez encore optimiser le poids du tapis en ajustant sa taille à la taille du corps et en coupant ce qu'il y a en trop. Pour optimiser encore plus, vous pouvez couper la partie basse au niveau des jambes et la remplacer par votre sac à dos.
  • Les 3 couches. Au niveau du tee shirt technique, il n'y a pas grand chose à gagner. Il faut bien choisir la deuxième couche en fonction des conditions que vous allez retrouver lors de votre randonnée, car c'est ce qui déterminera votre choix et l'épaisseur de la matière, et donc son poids. Très souvent, le rapport isolation/poids du duvet est plus intéressant que le synthétique. Pour la veste, souvent très lourde, il y a aussi des choix à faire. Un KWAY très léger ou une veste type Goretex plus polyvalente mais plus lourde ? Je parle plus longuement du système des 3 couches dans mon article Le système des 3 couches - Comment s'habiller en randonnée.

Gains moyens

Vous pouvez gagner encore quelques centaines de grammes voir près d'1 kg pour les quelques éléments suivants.

  • Le réchaud. Il en existe de plusieurs sortes : à alcool, au gaz, ou encore au bois. Bien souvent, sur plusieurs jours, la solution du réchaud à alcool est la plus légère car l'ensemble (contenant + combustible) pèsera moins lourd et prendra moins de place que la solution au gaz. Si vous partez pour un trek, pensez à comparer les différents systèmes de réchauds, vous pouvez gagner plusieurs centaines de grammes !
  • La poche à eau/gourde. Prenez une contenance qui correspond à vos besoins et choisissez bien vos contenants. Prendre 2 gourdes de 1L sera plus lourd que de prendre une poche à eau de 2L par exemple. Les bouteilles d'eau sont une très bonne solution secondaire (en plus d'une poche à eau ou d'une gourde) car elles sont très légères et jetables.
  • Le pantalon. Le poids des pantalons de pluie peut aller du simple au double et vous pouvez gagner jusqu'à 200 grammes facilement.
  • Carte IGN/topo. Si vous faites un trek et que vous devez emmener plusieurs cartes IGN, leur poids devient vite conséquent ! Personnellement, pour la traversée des Alpes, j'ai imprimé le tracé IGN sur http://jgn.superheros.fr/fr/ sur des feuilles A4, recto verso, le tout pour 140 gr (27 jours de randonnées).
  • Kit de secours/réparation. Certains kits vendus dans le commerce ont trop de choses (trop de bandages et de compresses) et sont trop lourds. N'emmenez que ce qui est nécessaire.

Petits gains

Ce sont des optimisations souvent utilisées par les marcheurs ultra-légers, les gains sont très légers.

  • Le dentifrice. Vous pouvez utiliser votre savon d'Alep ou de Marseille pour vous brosser les dents quelques jours. Si vous ne pouvez pas vous passer de dentifrice, prenez les petits tubes de dentifrice de voyage, c'est parfait en trek !
  • La brosse à dents. Vous pouvez couper votre brosse à dents en deux et jeter le bas pour gagner encore quelques grammes.
  • Les étiquettes des vêtements. Les marcheurs ultra-légers coupent toutes les étiquettes des vêtements, sacs, accessoires pour gagner quelques grammes.
  • Le Couteau. Prenez un petit couteau simple plutôt qu'un couteau suisse avec des dizaines de fonctions qui sera plus lourd et dont on ne se sert pas.
  • La serviette. Vous pouvez recouper votre serviette pour prendre seulement un petit bout.
  • Vos contenants. Recalibrez vos différents liquides/contenus dans des petits pots pour gagner encore du poids.

Conclusion

J'espère que cet article vous aura aidé à alléger votre sac à dos. Plus le contenu de votre sac sera optimisé et léger, moins vous aurez besoin d'un sac volumineux, donc vous pourrez choisir un sac encore plus léger ! C'est un cercle positif. Il est probable que vous passiez d'un sac 70 L à un sac 50 ou 40 L pour un trek si le matériel est bien optimisé. N'oubliez pas que vous devez choisir le volume de votre sac en fonction de votre matériel et non l'inverse.

Néanmoins, attention de ne pas tomber dans l'extrême et de mettre votre sécurité en danger et voulant vous alléger à tout prix. Prendre une mini lampe de poche avec une faible autonomie au lieu d'une bonne frontale pourrait s'avérer très embêtant voir dangereux si vous avez besoin de marcher plusieurs heures de nuit pour une raison ou pour une autre (danger immédiat, besoin de redescendre en vallée au plus vite...).

Pour finir, je vous conseille le site de randonner-léger, animé par des MUL (marcheurs ultra-légers), vous trouverez toutes les informations nécessaires pour aller encore plus loin dans l'optimisation de votre matériel.

N'hésitez pas à me dire dans les commentaires combien vous avez gagné en poids en essayant d'alléger votre sac !

Le poids de votre sac à dos : votre ennemi numéro 1 en randonnée

"Le poids de votre sac, c'est le poids de vos peurs".  J'aime beaucoup cette phrase, tirée du livre de Jean-Christophe Ruffin "Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi". Il y a toute une réflexion très intéressante derrière.

Selon lui, si nous avons tendance à emmener un sac plus lourd que nécessaire, c'est par peur de certaines choses. Peur d'être mouillé, peur d'avoir froid, peur de se perdre, peur de l'inconfort. La liste est longue comme le bras. Ces peurs sont-elles fondées ou non ? Ne faudrait-il pas tout remettre à plat et repenser la fonction de chaque objet que vous emmenez ?

Nous allons voir ensemble ce nous pouvons gagner à avoir cette réflexion avant de partir marcher, surtout dans le cas d'une longue randonnée.

Pourquoi alléger son sac à dos ?

La pensée communément admise est que plus nous emmenons de matériel, plus nous serons dans des conditions confortables et plus nous serons en sécurité. Bien souvent, nous n'utilisons jamais une partie de ce matériel.

Nous pouvons voir les choses autrement : si vous emmenez moins de matériel, ou si vous le choisissez avec attention, votre sac sera plus léger. Si votre sac est plus léger, vous améliorez votre :

  • confort. La différence de confort pour quelques kilos sur le sac est énorme. Les gestes seront moins pénibles, la fatigue musculaire et articulaire sera moins grande. Vous vous sentirez plus légers et vous pourrez marcher légèrement plus vite, et surtout plus longtemps pour le même effort. En plus, il y a de fortes chances que vous preniez plus de plaisir à marcher !
  • prophylaxie (gestion des blessures). En effet, les blessures au niveau des genoux, du dos, ou des chevilles proviennent souvent du poids du sac qui est trop élevé. Ce fut mon cas lors de ma première traversée des Alpes en 2015, où mon sac de 20kg m'a valu une bonne inflammation au niveau de la cheville et l'abandon de mon projet.
  • sécurité. Vous allez peut être froncer les sourcils en lisant ça mais c'est tout à fait logique. Etre plus léger signifie que l'on marche plus vite. On peut donc se sortir plus facilement d'une situation problématique. Exemple : vous êtes sur une crête et l'orage arrive très vite sur vous. Plus vous marcherez vite et serez agiles (ce qui est le cas avec un sac plus léger), plus vous pourrez sortir de cette situation dangereuse sans mettre en péril votre vie. Un autre exemple : sur une arête effilée, les mouvements de votre sac à dos peuvent vous déséquilibrer, ce qui peut être très dangereux pour vous. De plus, avec un grand sac, il y aura plus de prise au vent sur le côté ce qui peut empirer les choses. Avec un sac plus léger, vous serez plus agile et vous ne risquez pas un déséquilibre. Vous vous retrouvez donc dans des situations potentiellement moins dangereuses.

Comprenons nous bien, il ne s'agit pas d'enlever tout le matériel et de dégrader nos conditions de sécurité, mais il faut prendre le BON matériel.

D'ailleurs, combien doit peser mon sac ?

Si vous vous attendiez à une réponse précise, c'est raté. On entend souvent qu'il ne faut pas dépasser le quart ou le tiers de son propre poids. C'est, je pense, inadapté, car on aura tendance à aller chercher les limites de ce poids, même s'il est possible de prendre un sac moins lourd. De plus, suivant le type de randonnée que vous allez faire ou les conditions, ces chiffres ne veulent plus rien dire, car ils ne prennent pas en compte ces facteurs.

Le poids idéal de votre sac est le poids d'un sac optimisé pour votre randonnée. Il doit être le plus léger possible sans compromettre votre sécurité et votre confort. Un sac de 10 kg peut très bien être mieux optimisé qu'un sac de 6 kg si chaque objet emporté est réfléchi et nécessaire à la randonnée.

Mais... comment alléger mon sac ?

Il existe deux façons d'alléger son sac :

  • Repenser l'utilité de chaque objet que vous emmenez habituellement.
  • Repenser le poids de chaque objet emmené.

Je traite plus en détails ces questions dans mon article Comment alléger son sac à dos de randonnée ?

Gourde, bouteille, ou poche à eau : que choisir ?

Jusqu'à récemment, les gourdes étaient LE récipient principalement utilisé pour la randonnée. Mais de nos jours nous voyons de plus en plus souvent sur les sentiers des randonneurs qui utilisent des poches à eau (type camelbak), à l'instar des traileurs ou des coureurs à pied. Y'a t-il une vraie raison à ce phénomène ou est-ce seulement un effet de mode ? Et pourquoi ne pas utiliser un récipient très simple mais auquel on ne pense pas souvent : une simple bouteille d'eau ?

Dans cet article, nous allons présenter les différents types de récipients en randonnée et donner les avantages et inconvénients de chacun.

La gourde

Les gourdes que vous pouvez trouver en magasin peuvent être différentes suivant :

  • leur matière : il existe des gourdes en plastique ou en aluminium. Il n'y a pas de différence notable entre les deux, aujourd'hui les gourdes alu sont aussi légères que celles en plastique
  • leur contenance : généralement, les gourdes de randonnée vont de 0,5 L à 1,5 L
  • le type de goulot : étroit ou large. Le premier est plus pratique pour boire, mais moins pour nettoyer la gourde. De plus, si vous utilisez un filtre pour purifier votre eau, le goulot large est beaucoup plus pratique.
  • leur marque : pour n'en citer que quelques unes : Sigg, Quechua...

La poche à eau

Articles plutôt récents dans les rayons "montagne", elles peuvent être différentes suivant :

  • le type de fermeture de la poche : étroit, large, circulaire, en longueur
  • le système de pipette (embout qui permet de boire) : démontable ou non, avec un robinet d'arrêt d'eau ou non
  • les accessoires : poignée, capuchon de protection de la pipette...
  • la contenance : de 0,5 L à 3 L
  • la marque : pour les plus connues : Source, Camelbak...

La bouteille d'eau

Je pense qu'il n'y a pas besoin de la présenter, elles peuvent différer essentiellement par leur contenance et leur taille de goulot.

Comparatif

Poids

Gourde, bouteille, ou poche à eau : que choisir ?

Notre premier paramètre à comparer est le poids. Voici quelques exemples pour différents produits :

Sans surprise, nous pouvons voir que la bouteille d'eau surpasse tout le reste en terme de légèreté. C'est pour cette raison qu'elle est très utilisée chez les MUL (marcheurs ultra légers). Si on ne considère que les gourdes et poches à eau, ces dernières sortent généralement en tête si on compare deux produits ayant la même contenance.

Gagnant : bouteille d'eau, puis poche à eau.

Nettoyage et hygiène

Gourde, bouteille, ou poche à eau : que choisir ?

Le premier point à souligner est que le type de goulot sera important pour le nettoyage du récipient. Les gourdes à goulot étroit et les bouteilles en plastique sont difficiles à nettoyer et favorisent l'apparition des bactéries (surtout lors de l'utilisation de boissons sucrées). Les gourdes à goulot large ou les poches à eau avec système de fermeture large sont beaucoup plus faciles à nettoyer.

L'inconvénient des poches à eau est qu'il faut aussi nettoyer le tuyau et l'embout de la pipette, et le séchage est un peu plus fastidieux (problème qui peut être réglé avec le kit ci-dessous).

Astuces

  • Des kits de nettoyage pour gourdes existent
  • Des kits de nettoyage pour poches à eau (nettoyage + cintre de séchage), bien utiles, existent aussi
  • Pour les poches à eau : une fois bien sèches, vous pouvez les mettre au congélateur pour éviter l'apparition des bactéries
  • Sur les nouvelles poches à eau, les usagers se plaignent souvent du goût "plastique" de l'eau. Il suffit de rincer plusieurs fois la poche avant la première utilisation, et cet inconvénient s'estompe au bout de quelques sorties.

Gagnant : gourde, puis poche à eau.

Praticité

C'est ici que les poches à eau trouvent leur plus gros avantage : il n'y a plus besoin de s'arrêter, déposer le sac, et de sortir le récipient du sac pour boire ! C'est pour cette raison que ce produit est de plus en plus apprécié des randonneurs. Et, après essai, j'ai moi aussi été rapidement convaincu ! C'est un sacré plus en terme de confort pendant la marche.

Le petit inconvénient est qu'il faut idéalement avoir un sac qui dispose d'un endroit spécialement prévu pour la poche, et une ouverture pour placer le tuyau de la pipette. Ceci dit, il est possible de la mettre en vrac dans le sac, ou sur une poche latérale, tant qu'elle reste debout.

Si vous avez besoin de purifier votre eau, les filtres gravitaires type Sawyer s'adaptent directement sur le tuyau des poches à eau, ce qui se révèle très pratique à l'usage. Il est possible de les adapter aussi sur quelques bouteilles et gourdes mais il faut trouver le bon format de goulot, ce qui n'est pas toujours chose aisée.

Gagnant : poche à eau.

Remplissage

Les nouveaux systèmes de fermeture des poches à eau sont efficaces et bien conçus. Le remplissage est devenu aussi aisé que pour une gourde ou une bouteille d'eau. La fermeture est bien étanche et ne pose pas de problèmes.

Egalité

Prix

Reprenons la liste vue plus haut pour donner quelques exemples de prix :

En dehors de la bouteille d'eau plastique et de la gourde QUECHUA 1er prix, peu pratiques pour moi, on peut voir que les prix sont à peu près équivalents entre une poche à eau et une gourde de même contenance et de gamme équivalente.

La solidité des bouteilles d'eau étant ce qu'elle est, il sera nécessaire d'en changer régulièrement, ce qu'il faut prendre en compte dans le prix et en terme d'écologie. Préférez des bouteilles solides et indéformables pour améliorer leur longévité.

Gagnant : Bouteille d'eau plastique

Et si on combinait plusieurs systèmes ?

Il existe un autre moyen adopté par de plus en plus de randonneurs modernes : c'est un kit avec une pipette et un adaptateur qui peut se fixer sur une gourde ou une bouteille d'eau ! Pour ceux qui sont encore réticents par rapport aux poches à eau, c'est l'occasion d'essayer et de combiner les avantages des différents systèmes.

SOURCE propose ce genre de kit ici.

Conclusion et choix personnel

Les 3 récipients ont des avantages et des inconvénients. Il n'y a pas un système meilleur que les autres, c'est à vous de faire votre choix suivant vos besoins et vos préférences.

Personnellement, depuis que j'ai essayé la poche à eau il y a quelques années, je n'arrive plus à m'en passer. Je ne rencontre aucun problème avec, le confort à l'usage est pour moi indéniable par rapport à une gourde, et en plus elles sont souvent plus légères. Pour le trek, je trouve que c'est idéal pour boire sans s'arrêter lors de longues périodes de marche. Il est intéressant d'avoir en plus de la poche à eau une bouteille en plastique, soit pour stocker de l'eau (si vous n'êtes pas sur du prochain point d'eau, ou si vous avez besoin de purifier de l'eau), soir pour utiliser de l'eau au bivouac (toilette, cuisson, etc...), c'est plus pratique !

Je conseille les poches de la marque SOURCE, qui ont un système de fermeture efficace, qui sont solides, et avec un système d'embout pratique avec robinet et capuchon pour l'hygiène. Je n'y trouve pas beaucoup d'inconvénients. Elle existe en différentes contenances : 1,5L, 2L, 3L :

Quel volume choisir pour votre sac à dos de randonnée ?

La taille et le poids de votre sac sont des facteurs essentiels pour une sécurité et un confort optimal lors de vos randonnées. Un sac trop grand sera un sac trop lourd ; un poids inutile à porter, tandis qu'un sac trop petit nous oblige à partir sans tout le matériel prévu.

Un sac de 20L suffit-il pour une randonnée à la journée ? Quel sac devez vous acheter si vous souhaitez partir en bivouac ? Et plus généralement, comment choisir un sac adapté à votre randonnée ? Nous allons tenter de vous donner quelques pistes dans cet article pour vous guider dans le choix de votre sac.

Un compromis entre légèreté, confort, et sécurité ?

Autant vous le dire tout de suite, le sac idéal n'existe pas ! Alors que faut-il privilégier ? La sécurité ? Si oui, faut-il prendre un grand sac, lourd, avec beaucoup de matériel, mais qui va nous ralentir et qui sera pénible à porter ? Faut-il privilégier le confort et prendre un sac petit et léger et moins le remplir ? Si oui, est ce qu'il ne manquera pas de matériel dans votre sac ?

Comme vous pouvez le voir, tout n'est pas si facile et le mieux que vous puissiez faire est de trouver le meilleur compromis.

Il y a plusieurs méthodes pour choisir son sac à dos :

  • Déterminer le nombre de kilos que l'on peut porter, et choisir son matériel et son sac en fonction
  • Acheter un sac d'un litrage donné, puis faire en sorte de le remplir avec du matériel
  • Déterminer le matériel que vous allez emmener pour votre rando, et en fonction de votre matériel, choisir le sac à dos adapté : c'est la méthode que je recommande.

Commencez par vous poser ces questions !

Quelle randonnée avez vous prévu ?

Quel volume choisir pour votre sac à dos de randonnée ?
Préparation du matériel pour le GR5

Vous ne prendrez pas le même sac suivant la randonnée que vous faites. Voici quelques facteurs qui peuvent influencer le choix de votre sac :

  • Le type de la randonnée : est-ce une randonnée à la journée ? sur plusieurs jours ? un trek ?
  • Etes-vous en autonomie ? Dormez-vous en refuge ou en tente ? Prévoyez-vous d'emporter vos repas ou non ?
  • Est-ce une randonnée qui nécessite du matériel spécifique ? 

Suivant votre budget et si vous pouvez vous le permettre, le mieux rester d'acheter plusieurs sacs à dos, un pour chaque gros type de randonnée. Par exemple :

  • 3 sacs : un sac pour les randonnées à la journée 10-20L, un sac pour les bivouacs de quelques jours 30-40L, un sac pour les gros treks en autonomie +50 L : c'est ce que je fais.
  • 2 sacs : un petit sac pour les randonnées à la journée ou pour une nuit en refuge de 20-30L, et un sac pour les plus grosses randonnées de 40-50L.

Cependant, il est tout à fait possible de trouver un compromis pour avoir un seul sac le plus polyvalent possible. En général, un sac entre 30 et 50 L, avec un espace extérieur équipé où vous pouvez rajouter du matériel pour de plus longues sorties. Donc un sac 40+10L par exemple (quand vous voyez ce type de format, il faut comprendre 40L à l'intérieur, + 10L à l'extérieur possible). De préférence, l'espace extérieur devrait être utilisé de façon occasionnelle, car ajouter du poids à l'extérieur change le centre de gravité et l'équilibre. Si vous faites ce choix, ne mettez à l'extérieur que du matériel léger.

Quelles sont les conditions climatiques ?

Il est très important de vérifier les prévisions météo avant de partir (voir mon article ici). En effet, celles-ci vont aussi avoir un impact sur le choix du matériel à emmener et donc le choix de votre sac à dos. Sur une randonnée à la journée, entre une météo caniculaire et une météo plus incertaine, la quantité de matériel peut très vite changer. En effet, vous risquez de prendre une grosse polaire, une veste en plus, voir des vêtements de rechange. Du matériel qui prend rapidement de la place !

Partez vous seul, à plusieurs, en groupe ?

Voici encore un facteur qui peut influer dans le choix de votre sac à dos. Si vous partez en groupe et que vous êtes la seule personne expérimentée, peut-être aurez-vous besoin de prendre du matériel en plus supplémentaire pour palier à d'éventuels manques ou oublis (je parle par expérience). Dans le cas où vous partez en groupe avec d'autres personnes du même niveau, vous pourrez peut-être partager une partie du matériel : tente, ustensiles de cuisine, réchaud, etc. Si vous partez avec des enfants, vous aurez probablement besoin de prendre une partie de leur matériel.

Si vous partez seul, personne ne pourra vous prêter du matériel : soyez sûr de n'avoir rien oublié !

Avez vous du matériel spécifique que vous souhaitez emmener ?

Si vous avez besoin de matériel spécifique, si vous êtes un as de la photo (objectifs, trépied, etc.), si vous êtes particulièrement frileux(se) (grosse doudoune, couches thermiques), si vous avez besoin de traitements, etc., il faut prendre en compte ce paramètre qui va rentrer en considération dans le choix de votre sac à dos.

Une méthode pour choisir votre sac à dos

Quel volume choisir pour votre sac à dos de randonnée ?

Vous vous êtes posé les questions ci-dessus, et vous êtes en possession du matériel que vous devez emmener.

Il ne reste plus qu'une chose à faire pour valider un sac : emmenez tout votre matériel chez votre revendeur d'articles de montagne, et essayez plusieurs sacs ! N'hésitez pas à les remplir avec votre matériel et demander conseil au vendeur. Si vous hésitez entre deux tailles, choisissez légèrement plus grand, ou choisissez un sac où il est possible de mettre du matériel à l'extérieur, ça vous laissera une petite marge.

N'oubliez pas : un sac à dos doit être choisi en fonction de votre matériel et non l'inverse. De plus, il doit être adapté à chaque personne et pour chaque type de randonnée.

Une petite aide pour les débutants

Tout en gardant à l'esprit que votre sac à dos doit être adapté à vous et seulement à vous, voici un petit résumé dans un tableau pour guider les débutants et leur donner un premier indice sur le choix du volume du sac. Suivant les situations et les besoins, les tailles peuvent considérablement changer, ce ne sont que des bases.

Type de randonnéeAutonomieVolume du sac à dos
Randonnée à la journéeAvec repas10L à 30L
Randonnée sur 2-5 joursRepas et nuits en refuge30 à 35 L
Autonomie en nourriture et nuits en refuge35 à 50 L
Autonomie totale45 à 55 L
Trek au delà de 5 joursRepas et nuits en refuge.35 à 50 L
Autonomie en nourriture et nuits en refugePlus de 50 L
Autonomie totalePlus de 55 L

Mon expérience

Personnellement, j'utilise 2 sacs :

  • 1 sac Quechua 25 L pour les randonnées à la journée, léger, simple, peu cher.
  • 1 sac Osprey Aether 70 L que j'utilise pour les randonnées plus longues. J'ai utilisé ce sac pour effectuer le GR20 en 12 jours en autonomie totale, et le GR5 sur 27 jours, avec une autonomie totale sur 7 jours environ (ravitaillement tous les 7 jours). Les 70 L m'ont largement suffit sur le GR 20, même pour 12 jours d'autonomie totale. Sur le GR5, c'était même trop grand pour 7 jours d'autonomie, donc j'ai décidé d'enlever le rabat supérieur pour m'alléger. Si c'était à refaire, je choisirais plutôt un sac 60 L pour ce type de trek et avec mon matériel.

En ce qui concerne l'expérience de mon compagnon de route, qui m'a accompagné sur deux tronçons de 7 jours sur le GR5 ; Il a effectué le premier tronçon en 2015 avec le même sac que moi : le Osprey Aether 70 L. Au fil du temps, il a allégé au maximum son matériel, et finalement il est parti sur le 2ème tronçon de 7 jours l'année suivante avec un sac de 40 L et beaucoup plus léger ! (toujours en autonomie totale).

Quel volume choisir pour votre sac à dos de randonnée ?
Olivier avec son 70 L en 2015
Quel volume choisir pour votre sac à dos de randonnée ?
Olivier avec son 40 L en 2016

Vous pouvez voir que suivant les styles et les besoins de chacun, les différences de volume peuvent être énormes !

Conclusion

Le choix de votre sac est primordial pour un confort optimal lors de vos randonnées. N'hésitez pas à amener vos affaires en magasin pour voir quelle taille de sac à dos convient le mieux.

Le plus important à retenir : le choix de votre sac se fait en fonction de votre matériel et non l'inverse.