Randonner en Hiver : tous mes conseils

Le bruit de la neige qui crisse sous les pas, des paysages qui appellent à l'émerveillement... L'hiver est une magnifique saison pour randonner. Toutefois, même si les randonnées hivernales peuvent attirer beaucoup de pratiquants à arpenter les montagnes, notamment avec des enfants, il ne faut pas oublier que les conditions sont souvent plus rudes que l'été. Il est nécessaire de bien s'équiper et de connaître les particularités de cette saison. Je vous livrerai aussi plein d'astuces pour que la randonnée en hiver n'ai plus de secret pour vous !

Si vous cherchez des idées de randonnées, je vous invite à aller voir ma sélection de randonnées raquettes autour de Grenoble.

Les particularités de la randonnée en hiver

L'hiver a ses particularités qu'il est nécessaire de rappeler pour randonner en toute sécurité.

Les journées sont plus courtes

Tandis que vous pouvez partir tardivement l'été pour marcher en fin d'après midi, ce n'est pas possible en hiver. Les journées sont courtes, prévoyez votre sortie en fonction. Le jour peut tomber aux environs de 17h, donc prévoyez une fin de randonnée vers 16h pour avoir une marge. Partez tôt !

La marche est plus longue

La marche dans la neige, avec ou sans raquettes, est plus difficile. Si la trace n'est pas faite ou si la neige est molle, c'est encore pire. Prenez ce paramètre en compte quand vous lisez des topos qui sont écrits pour des randonnées en conditions estivales et prévoyez du temps en plus.

L'orientation est plus difficile

La neige recouvre les sentiers et les panneaux indicateurs. Alors comment se repérer ? Plusieurs options :

  • votre randonnée hivernale est balisée par une station et dans ce cas le balisage est pensé pour être vu dans ces conditions : vous ne pourrez pas vous perdre
  • vous connaissez très bien l'itinéraire en été mais attention : on peut être surpris par le changement de décor et ne plus reconnaitre les lieux
  • la trace est déjà faite, et vous n'avez qu'a suivre les pas (encore faut-il qu'elle soit faite par quelqu'un qui connaisse l'itinéraire et qui ne vous perde pas)
  • vous avez un GPS et vous savez l'utiliser correctement

Dans tous les cas, il est préférable d'avoir de l'expérience en montagne, et si possible de connaitre le terrain. Parfois la neige peut cacher des pièges dangereux : corniches, trous... prenez garde !

Toutes les randonnées ne sont pas réalisables l'hiver

Gardez à l'esprit que toutes les randonnées que vous faites habituellement l'été ne sont pas forcément réalisables l'hiver, ou en tout cas pas sous forme de randonnée. Certaines prennent l'allure de courses d'alpinisme, et d'autres sont carrément impraticables. Avant de partir, pensez à vérifier ce point, et choisissez de préférence des topos raquettes.

Les conditions sont plus rudes

Ce n'est pas une surprise, mais les conditions hivernales sont plus rudes. Vérifiez encore plus la météo qu'habituellement, et surtout adaptez votre équipement. Ça tombe bien, c'est le sujet du projet paragraphe !

Lisez le bulletin météo montagne

Encore plus que l'été, prenez connaissance du bulletin météo montagne. Il analyse les conditions météo, les risques d'avalanches, l'enneigement, et vous donne des conseils sur la praticabilité. Vous pouvez par exemple consultez les bulletins météo montagne de Météo-France.

L'équipement pour randonner en hiver

Par rapport a votre équipement de rando habituel, voici les différences que l'on peut observer :

Les chaussures

Pour randonner en hiver, je préconise plutôt des chaussures tiges hautes et avec membrane imperméable (tout le contraire de ce que j'ai tendance à conseiller pour l'été). En effet, je préfère les tiges hautes pour trois raisons

  • la cheville est beaucoup plus sollicitée lors d'une sortie raquettes à cause de l'instabilité de la raquette sur le terrain et les dévers
  • le confort est meilleur dans des chaussures tiges hautes avec des raquettes. De plus, les sangles des raquettes remontent parfois haut sur la cheville, et ce type de chaussures protège des frottements des sangles sur la cheville.
  • la combinaison de ces chaussures avec des guêtres sera beaucoup plus aisé et la neige rentrera moins dans vos chaussures qu'avec des tiges basses

Enfin, le point non-négociable : il est capital d'avoir des chaussures avec une membre imperméable, style Goretex. En effet, il est nécessaire de garder au maximum ses pieds au sec pour votre confort et votre sécurité. Il est difficile d'imaginer une randonnée hivernale avec des chaussures classiques, vos pieds seront mouillés au bout de quelques minutes et votre balade deviendra très désagréable.

Ceci étant dit, malgré ma préférence pour les chaussures tiges hautes en hiver, il est possible de marcher en tiges basses, particulièrement si vous avez l'habitude de randonner en tiges basses l'été et que vous réalisez très peu de randonnées l'hiver. Est-ce que ça vaut le coup d'acheter des nouvelles chaussures si vous faites une randonnée hivernale par an ?

Les raquettes

Elles ne sont pas toujours nécessaires mais il vaut mieux les prévoir sur le sac. Si la neige est dure, vous n'aurez peut être même pas à les mettre.

Pour le choix de vos raquettes, tout dépend de votre niveau, de votre morphologie, et de la fréquence de vos sorties. Demandez à votre revendeur spécialisé des conseils pour choisir votre paire (en attendant mon super article).

Les habits

Pour le haut du corps, le système des 3 couches est toujours valable. Il est nécessaire d'avoir :

  • une première couche technique proche du corps. L'idéal est un t shirt en laine mérinos (ou en matière synthétique). Ne mettez jamais de coton, c'est une matière qui ne remplit pas le rôle de la première couche : elle n'évacue pas la transpiration, et à la place, elle absorbe l'humidité : vous aurez froid ! Le petit changement par rapport à l'été : préférez un t shirt manches longues et avec un col a fermeture. Vous pourrez l'ouvrir ou le fermer pour réguler votre température corporelle.
  • une deuxième couche isolante (une polaire ou une doudoune). Prévoyez une 2ème couche plus épaisse que l'été et adaptée aux températures.
  • une troisième couche, qui doit encore plus résister aux éléments qu'en été : privilégiez une veste imperméable mais respirante, avec une capuche. La capuche est une alliée de taille pour se protéger du vent et retenir sa chaleur corporelle.

J'expliquerai plus loin dans cet article pourquoi une 4ème couche peut avoir un intérêt et comment manipuler toutes ces couches.

Pour le bas du corps, le même système s'applique. Généralement, la sensation de froid est moins présente au niveau des membres inférieurs, donc vous aurez probablement besoin d'une couche isolante moins épaisse que pour le haut du corps, voir même pas du tout si vous avez en première couche un legging assez chaud. Un legging et un pantalon avec une membrane imperméable et respirante peut suffire.

Les accessoires

Pensez aussi aux accessoires qui sont peut être encore plus importants qu'en été, notamment ceux pour protéger les extrémités, qui sont particulièrement exposées.

  • les gants : choisissez des gants avec une couche chaude à l'intérieur (polaire ou autre), et une couche imperméable à l'extérieur. C'est une partie de l'équipement qu'il ne faut pas négliger, surtout à l'arrêt : c'est aux mains que vous aurez froid en premier ! Vous pouvez optez pour deux couches, c'est ce que je fais : une première couche avec des gants fins en soie, puis des gants plus épais pour les recouvrir. Vous pouvez enlever la deuxième couche quand vous marchez, et la remettre quand vous vous arrêtez. Personnellement, j'aime bien avoir des mitaines en première couche car les manipulations sont plus faciles. Pour ceux qui ont très froid aux mains, pensez aux moufles, qui tiennent plus chaud que les gants car les doigts ne sont pas isolés les uns des autres. Enfin, si vous avez une mauvaise circulation au niveau des mains, je vous conseilles des gants chauffants. Le prix est bien plus élevé, vous êtes soumis à l'autonomie des batteries, mais le confort est incroyable et la chaleur est inégalée.
  • le bonnet : la tête est l'une des parties du corps où on perd le plus de chaleur. Il est indispensable d'avoir un bonnet ou un vêtement qui protège la tête. Personnellement, je suis fan du buff (tour de cou), que j'utilise l'été pour me protéger du soleil et me rafraichir, et l'hiver pour me protéger du froid en marchant (je rajoute la capuche à l'arrêt). Pour les plus frileux, préférez un bonnet épais, mais attention a ne pas transpirer dedans (ce qui serait contre-productif pour la chaleur).
  • les chaussettes : c'est aussi une partie du corps où on a vite froid. Choisissez des chaussettes hautes, conçues pour l'hiver, un peu plus épaisses, de préférence en laine mérinos si vous en avez la possibilité.
  • les guêtres : utiles mais pas toujours nécessaires suivant la sortie, c'est un accessoire intéressant qui peut faire toute la différence pour ne pas avoir de neige dans les chaussures quand il y a une belle couche de poudreuse !
  • la lampe frontale : vous le savez, les journées sont bien plus courtes en hiver, et le risque de se retrouver surpris par la nuit est encore plus élevé. N'oubliez jamais votre lampe frontale.
  • les bâtons : presque indispensables pour se déplacer sur la neige, ils aident grandement à la progression et à l'équilibre. Utilisez les rondelles prévues pour éviter que les bâtons s'enfoncent dans la neige, souvent en forme d'étoile. Je vous les conseille vivement !
  • les crampons : peuvent être utiles sur des itinéraires en glace, la où les raquettes ne suffisent plus. Ils se mettent directement sous les chaussures. Mais je considère que ceux qui achètent des crampons ont un niveau d'expertise assez important pour savoir les utiliser.
  • un ARVA : DVA (détecteur de victimes d'avalanches), une pelle et une sonde. Je considère, comme les crampons, que si vous avez besoin d'un ARVA pour votre sortie, vous avez déjà une expérience solide et vous savez comment et pourquoi l'utiliser.

Les astuces pour randonner en hiver

Quelques conseils et astuces qui peuvent être très utiles pour mieux randonner en hiver :

  • il est essentiel de faire des pauses pour enlever ou remettre des couches suivant si vous avez froid ou chaud, pour réguler votre température corporelle. C'est encore plus vrai l'hiver. En effet, si vous avez trop chaud en marchant et que vous transpirez trop, vous ne pourrez pas évacuer toute l'humidité et l'effet inverse va se produire quand vous allez vous arrêter : vous allez vous refroidir. Donc n'hésitez pas a enlever votre polaire quand vous marchez, voir votre veste s'il fait vraiment trop chaud. Le système des 4 couches peut être utile l'hiver : au lieu de prendre une 2ème couche épaisse, prenez deux couches plus fines. Vous pourrez plus facilement réguler votre température suivant vos sensations.
  • il est très important de rester au sec : en évitant de trop transpirer comme expliqué dans le point précédent, mais aussi en vous protégeant et en protégeant votre matériel des intempéries : choisissez une bonne veste imperméable, et mettez vos affaires dans un sac étanche ou un sac poubelle avant de les enfiler dans votre sac à dos, et encore plus particulièrement si vous avez des affaires de bivouac. Il est essentiel de les protéger pour les garder au sec. Si vos affaires de bivouac sont mouillées et que les conditions sont très rudes, vous pouvez vous mettre en danger. Prenez le temps de choisir votre emplacement de bivouac pour être le plus possible à l'abri.
  • protégez vos boissons du gel. Pour votre gourde ou votre poche à eau, isolez la avec des vêtements à l'intérieur du sac. La partie qui a tendance à le plus geler est le tuyau de la poche à eau. Après avoir bu, on conseille de souffler dans la pipette pour vide l'eau du tuyau mais ce n'est pas toujours suffisant. Il est selon moi indispensable de l'entourer d'un isolant.
  • même si la sensation de soif est moins présente, vous transpirez tout autant, donc n'oubliez pas de vous hydrater correctement.
  • une astuce qui tient plus du confort : amenez des boissons chaudes pour vous réchauffer. Outre le fait de réchauffer votre corps en la buvant, vous pouvez aussi réchauffer vos mains ! Il est aussi possible d'amener un réchaud pour réchauffer de l'eau une fois au sommet et profiter d'un thé ou d'un café chaud bien mérité.
  • pour les plus frileux au bivouac, emportez avec vous une bouillotte pour la remplir d'eau chaude et réchauffer votre nid douillet au moment d'aller dormir. Vous pouvez aussi utiliser une bouteille ou une gourde en métal.
  • si vous avez du gaz ou de l'essence comme combustible, ceux-ci n'aiment pas le froid, donc isolez les au maximum pendant la marche, par exemple dans votre sac de couchage. Lors de l'utilisation, isolez votre bouteille de gaz du sol.

Rien ne remplace l'expérience

S'informer est la première étape, et si vous êtes sur cette page, c'est que vous avez cette volonté. Malgré tout, n'oubliez pas que rien ne remplace l'expérience, particulièrement en montagne et en hiver.

Commencez par des randonnées d'un niveau facile, en station par exemple, puis augmentez progressivement la difficulté. Apprenez à découvrir les conditions hivernales, à marcher sur la neige avec des raquettes et des bâtons, adaptez votre équipement au fur et à mesure des sorties suivant vos sensations. Formez-vous, apprenez à utiliser un ARVA, à reconnaitre les différentes couches neigeuses, à évaluer les terrains dangereux. Et n'oubliez pas : la montagne est dangereuse, et encore plus l'hiver !

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Isère Rando est un blog personnel créé en 2009. L’idée de base était simplement de partager mes photos lors de mes sorties en montagne.

Depuis, le blog a évolué : à chacune de mes sorties, j’écris un topo pour aider les randonneurs à découvrir nos montagnes. De nombreux articles sont aussi à disposition pour vous conseiller.

Je vous souhaite une bonne visite ! Alan.
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram